l'Association internationale du transport aérien

Le fret est le plus touché

LE TRANSPORT aérien est en crise. Sur fond de ralentissement économique et de pétrole cher, l’Association internationale du transport aérien (IATA), qui regroupe la quasi-totalité des compagnies, a publié, lundi 4 août, des chiffres qui attestent un net tassement de la croissance du trafic mondial.

Selon l’association, si l’on compare le mois de juin 2007 au mois de juin 2008, le trafic passager a progressé de 3,8 %. Pour mémoire, la progression entre juin 2006 et juin 2007 étaient de 5,3 %. Cette progression est, selon l’IATA, la plus faible enregistrée depuis 2003, une année qui avait été marquée par la crise du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Les coefficients d’occupation passagers ont, pour leur part, baissé de 1,2 % à 77,6 %.

LE FRET EST LE PLUS TOUCHÉ

Mais c’est dans le fret que les chiffres sont les plus éloquents : exprimée en tonnes-kilomètres, l’activité cargo affiche une baisse de 0,8 % entre les mois de juin 2007 et 2008, la première baisse depuis mai 2005. De juin 2006 à juin 2007, la croissance du fret était encore de 5 %.

Bien que le ralentissement du trafic soit généralisé, toutes les compagnies n’ont pas vécu cette baisse dans les mêmes proportions. Les compagnies aériennes nord-américaines ont enregistré une baisse de la croissance de trafic qui a atteint 4,4 % (largement en dessous des 8,2 % enregistrés en mai). Les transporteurs européens ont connu une baisse de la croissance de trafic qui s’est élevée à 2,1 % (contre 4,1 % en mai). Les compagnies aériennes de la région Asie-Pacifique s’en sortent un peu mieux, avec une progression de 3,2 % en juin (contre 4,5 % en mai).

Les compagnies du Moyen-Orient, dont le trafic progressait de 18,1 % en juin 2007, affichent une croissance du trafic de  » seulement  » 9,6 % en juin 2008.

Pour Giovanni Bisignani, le président de l’IATA,  » la baisse du trafic et l’augmentation des coûts sont en train de remodeler l’industrie du transport aérien « . Pour lui, les pertes du secteur pourraient atteindre 6,1 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros) cette année, dépassant largement les 5,6 milliards de dollars perdus en 2007.

François Bostnavaron

© Le Monde

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.