… sauf pour le transport aérien !

13.07.2010 – Le Journal de l’Environnement

rapport de la qualité de l'air en europe 2010Le rapport[1] publié le 12 juillet par l’Agence européenne de l’environnement (AEE) montre que l’Europe des 27 a réduit ses émissions de dioxyde de soufre (SO2) de 78 % depuis 1990. Le déclin a été particulièrement marqué ces dernières années : -20 % en 2008 comparé à 2007. Les émissions de trois autres précurseurs d’ozone – monoxyde de carbone (CO), composés organiques volatils (COV) et monoxyde et dioxyde d’azote (NOx) – continuent également de baisser.

« Depuis le début des années 90, une combinaison de mesures a permis la réduction de toutes ces émissions : l’introduction de carburants à faible teneur en soufre et la mise en place d’équipements de contrôle de la pollution adéquats dans les industries européennes par exemple », explique l’AEE dans son communiqué du 12 juillet. Des pays comme la Bulgarie, la Pologne et l’Espagne, dont les émissions provenant des centrales électriques publiques sont moins importantes, ont contribué à la baisse de 20 % entre 2007 et 2008. L’Espagne a en particulier misé sur le gaz naturel et les énergies renouvelables (éolien, solaire et biomasse) pour produire de l’électricité, et a réduit ses émissions de dioxyde de soufre en utilisant moins de carbone.

La France figure également parmi les pays membres dont les émissions polluantes ont diminué (le nucléaire n’y est pas pour rien), notamment celles émises par le secteur des transports routiers. La récession de 2008 est passée par là. De manière générale, les émissions émanant des transports routiers ont chuté de 40 % depuis 1990, grâce aux pots catalytiques « 3 voies » des voitures et à la réglementation plus stricte pour les poids lourds en Europe. Cependant, « le transport par route reste la source de pollution la plus importante en Europe », rappelle l’agence danoise.

Le rapport de l’AEE montre également qu’en 2008, les émissions de particules fines des pays européens ont chuté de 13 % (pour les particules de 2,5 micromètres au plus) et de 8 % (pour les particules en suspension dans l’air de moins de 10 micromètres), comparé à 2000. Il n’y a pas eu à ce niveau beaucoup d’amélioration ces 5 dernières années, puisqu’une légère augmentation (de 0,2 %) des émissions de particules fines est à noter en 2008 par rapport à 2007.

Contrairement aux émissions du secteur des transports routiers, les émissions de NOx provenant de l’aviation ont augmenté. Le rapport précise que « depuis 1990, les émissions provenant des vols domestiques et internationaux des 27 Etats membres ont triplé en augmentant de plus de 5 % ».

Enfin, pour la première fois, le rapport annuel de l’AAE dévoile des informations sur les émissions de métaux lourds toxiques. Les émissions de mercure, cadmium et plomb ont littéralement chuté de 60 % depuis 1990. « Ces résultats reflètent l’efficacité des contrôles effectués sur la production électrique, l’industrie et le transport routier », selon l’AAE. Mais comme pour les particules fines, pas de réel progrès à souligner ces 5 dernières années.

Célia Fontaine
________________________________________
[1] Rapport annuel sur la pollution atmosphérique

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.