à l’arrivée sur l’aéroport de Roissy CDG

21.09.2010 – Vonews

Le préfet de région d’Ile-de-France, préfet de Paris, Daniel Canepa, a réuni mardi 21 septembre le comité interrégional de concertation pour la mise en œuvre des engagements du Grenelle dans le secteur aérien, chargé notamment du relèvement des trajectoires à l’arrivée dans les aéroports franciliens.
« Le relèvement des trajectoires d’arrivée à Roissy fera l’objet d’une enquête publique interdépartementale dans les mois à venir », annonce Daniel Canepa.
Un premier projet de dossier d’enquête publique a été présenté aux membres du comité, afin de recueillir leurs réactions. « La concertation sur ce sujet se poursuivra lors d’une prochaine réunion, dans l’objectif d’adapter ce dossier aux demandes qui seraient formulées par le comité, avant de le soumettre aux citoyens concernés via l’enquête publique, puis à la CCE de l’aéroport Charles de Gaulle et à l’ACNUSA », indique la Préfecture de Région.

Une décision ministérielle interviendra à l’issue de ce parcours.

Par ailleurs, le comité de concertation a examiné les éléments complémentaires relatifs au projet de relèvement des trajectoires d’arrivée à Orly face à l’est, point qui sera proposé pour avis à la prochaine commission consultative de l’environnement de l’aéroport d’Orly prévue le 16 novembre prochain, puis à l’ACNUSA (autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires) avant une décision ministérielle.


A noter: L’ADVOCNAR fait partie du Comité Régional de Concertation.


26.09.2010 – Vonews (extrait)

Nuisances aériennes: la solution des descentes continues

Les associations de riverains ont pris acte de la volonté de l’Etat de relever les trajectoires de 300 mètres à l’arrivée sur l’aéroport de Roissy. Un bon point. Elles attendent maintenant que la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) étudie « sérieusement » la descente des avions en continu « moteurs au ralenti et volets non sortis ». Pour le porte-parole de l’Advocnar, Alain Péri, « si les avions descendaient en continu dès 6000 pieds à 30 kilomètres de l’aéroport, là il y aurait un vrai bénéfice pour les habitants notamment sur Pontoise ou Conflans-Saint-Honorine ».

La principale association de riverains de Roissy, l’Advocnar, reconnaît une avancée de l’Etat avec le relèvement des trajectoires de 300 mètres à 15 kilomètres au-delà de l’aéroport. « C’est toujours bon à prendre, mais ce n’est qu’une petite amélioration ! », juge Alain Péri. Contrairement à la DGAC, il ne prédit pas un bruit diminué de moitié. « Il y a une confusion ! En termes d’énergie sonore, c’est vrai. Mais l’énergie sonore ne correspond pas à la perception. Trois décibels, c’est perceptible mais on ne peut pas dire que les nuisances vont diminuer de moitié ».

De son côté, le vice-président de l’Advocnar Pierre Feuillastre explique que cette mesure ne changera rien pour les habitants de la vallée de Montmorency. « A la hauteur d’Ermont les avions resteront à 900 mètres. Ceux qui profiteront de cette mesure sont ceux qui habitent au-delà d’Ermont, à Pontoise notamment. » Mais il ne faut pas s’attendre à un ciel sans bruit de réacteurs. « Le problème c’est que les avions continueront à descendre avec des paliers, avec les volets ouverts », regrette Alain Péri qui milite pour que la DGAC étudie « sérieusement les descentes continues, moteur au ralenti et volets non sortis ».

Il reste que les habitants, qui habitent dans un rayon de quinze kilomètres de l’aéroport, ont peu d’espoir avec ou sans descente continue. « La pente de descente restera la même. A 15 kilomètres, les avions sont à 900 mètres, ça ne change rien », constate Alain Péri.

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.