Les gènes sonores induites par le trafic aérien motivent l’action de plusieurs associations

18.08.2011 – www.valdoise.fr

Les gênes sonores induites par le trafic aérien motivent l’action de plusieurs associations.

Dans un département qui compte le sixième aéroport mondial avec 60 millions de passagers par an, la question des gênes sonores induites par le trafic aérien est l’objet de l’action de plusieurs associations. Le Conseil général vient d’attribuer un soutien financier au total de 18 000 euros pour quatre d’entre elles.

L’ADVOCNAR regroupe elle-même une cinquantaine d’associations pour la défense des intérêts des Franciliens soumis aux nuisances aériennes. Elle est particulièrement sensible au problème des vols de nuit et au développement « durable » de la plate-forme de Roissy. L’ANELPA, qui formule des propositions également pour le développement « durable », accompagne notamment les communes dans le projet de relèvement des altitudes qui aurait dû être adopté en juin. L’AREC, dont le siège est à Montsoult, informe et accompagne les populations riveraines, par exemple pour la constitution de dossiers d’aide à l’insonorisation.

Enfin la DIRAP, tout en étant concernée par la modification des trajectoires d’approche de Roissy Charles-de-Gaulle, travaille au règlement des nuisances aériennes de l’aérodrome de Cormeilles-en-Vexin.

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.