Les riverains de Roissy réclament le couvre-feu

16.03.2012 – Le Parisien


Les riverains de Roissy réclament le couvre-feu


Alain Péri, vice-président de l’Advocnar, profite de la Journée du sommeil, aujourd’hui, pour rappeler à quel point le bruit des avions la nuit est un problème de santé publique.

2012-03-16-_Le-Parisien_-photo-pour-articleErmont, hier. « De nombreuses études reconnues par l’Organisation mondiale de la santé établissent sans l’ombre d’un doute une incidence accrue sur l’hypertension artérielle, l’infarctus du myocarde et l’AVC », souligne Alain Péri, qui milite contre les vols des avions la nuit.

Pour les riverains de l’aéroport de Roissy, la Journée nationale du sommeil, aujourd’hui, c’est aussi la journée contre les vols de nuit! « Nous profitons de cette journée pour rappeler à quel point le bruit des avions la nuit est un problème de santé publique, explique Alain Péri, vice-président et porte-parole de l’Association de défense contre les nuisances aériennes (Advocnar).
Vous pouvez fermer vos yeux, mais pas vos oreilles! »

Le militant s’appuie sur un article paru récemment dans la plus grande revue médicale allemande. « De nombreuses études reconnues par l’Organisation mondiale de la santé établissent sans l’ombre d’un doute une incidence accrue sur l’hypertension artérielle, l’infarctus du myocarde et l’AVC, rapporte-t-il. Sous les avions, la nuit, même quand nous ne sommes pas réveillés, notre santé est atteinte. » « Un bon sommeil est une composante essentielle et fondamentale à la santé, confirme Jean-Pierre Enjalbert, maire de Saint-Prix, médecin et président du collectif contre les nuisances aériennes. La perturbation liée au bruit, et notamment à celui des avions, se manifeste également par du stress, de l’anxiété, des risques accrus d’accidents au travail ou sur la route. »

62000 mouvements par an entre 22 heures et 6 heures

Premier aéroport européen pour les vols de nuit avec 62000 mouvements annuels sur la période 22 heures-6 heures, Roissy-CDG devance largement ses grands concurrents européens tels que Londres Heathrow en Angleterre, Amsterdam Schiphol aux Pays-Bas ou Francfort en Allemagne dans ce domaine. « Nos voisins ont pris la mesure des risques sanitaires en appliquant des restrictions sérieuses la nuit, fait remarquer Alain Péri. L’interdiction à Francfort est très encourageante et motivante pour continuer notre combat. »

Selon lui, les nouvelles mesures entrées en vigueur récemment – changements de trajectoires, décollages vers le nord au lieu du sud-ouest plus urbanisé, relèvement de l’approche et, d’ici la fin du mois, interdiction d’atterrir dans un créneau horaire plus étendu pour les avions bruyants – « ne sont que des mesurettes ». « Même s’il y a des légères améliorations perceptibles, l’interdiction des vols de nuit serait une vraie mesure, insiste-t-il. Nous demandons aux pouvoirs publics de mettre Roissy au niveau des autres grands aéroports concurrents et d’instaurer un couvre-feu entre 23 heures et 5 heures du matin. » Quant aux arguments économiques avancés par les défenseurs des vols de nuit, ils sont « exagérément délirants », pour Alain Péri, qui ne voit pas de réel progrès venir. Pis : on estime que le trafic pourrait carrément doubler d’ici 2030 à Roissy.

Arnaud Baur

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.