L’ACNUSA en question.

09.02.2014 – CAPITAL M6

L’ADVOCNAR a contribué à la réalisation de l’émission CAPITAL M6 du 9 février 2014: « Agences de l’Etat: des milliards engloutis en toute discrétion », dans laquelle l’efficacité de l’ACNUSA est mise en question.
•Extrait de l’émission CAPITAL M6

Au-delà de l’étude du rapport coût/efficacité de l’ACNUSA, axe principal du reportage, L’ADVOCNAR attire votre attention sur les points suivantes :

L’ACNUSA (Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires) assume-t-elle bien ses missions de contrôle des nuisances générées par le transport aérien, bruit et pollution, dans le but de protéger les riverains des aéroports?
Ses recommandations sont-elles suivies d’effet?
A-t-elle tous les éléments pour exercer efficacement son pouvoir de sanction vis-à-vis des compagnies aériennes qui enfreignent la législation en vigueur?

À toutes ces questions, la réponse est non.

Victor Haïm, président de l’ACNUSA depuis juin 2012, ne semble pas être le mieux placé pour mener une mission de contrôle des nuisances aériennes, de médiation et de protection des riverains, il reconnait lui-même qu’au moment de sa nomination, il n’avait aucune expérience des avions. Sa motivation première était de poursuivre une activité rémunérée.
Missionnée pour émettre des préconisations sur le bruit et la pollution des avions, l’Autorité déplore que ses avis ne soient pas toujours suivis par l’administration. En effet elle n’a pas le pouvoir d’imposer ses recommandations.
Chargée d’infliger des amendes aux compagnies aériennes qui n’ont pas respecté les procédures et restrictions en vigueur autour des aéroports d’Orly et Roissy CDG, l’ACNUSA ne reçoit pas tous les éléments nécessaires de la part de la DGAC, son efficacité s’en trouve diminuée.

L’ADVOCNAR pointe du doigt le peu d’efficacité de l’ACNUSA, qui émet des recommandations parfois intéressantes mais rarement suivies d’effet, et s’interroge sur le rapport coût/efficacité de cet organisme.

L’ADVOCNAR dénonce une agence qui depuis l’arrivée du nouveau président a pris des positions contre l’intérêt et la protection de la santé des riverains, positions extrêmes que le lobby aérien n’a même jamais osé tenir. Au delà de l’efficacité économique de l’agence, c’est son rôle même qui est en question !

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.