A Houston et sur les pistes américaines

 

08.07.2014 – www.businessinsider.com
http://www.businessinsider.com/planes-making-logical-descents-2014-7?IR=T

Traduction ADVOCNAR

Finalement les avions effectuent des descentes continues sur les pistes américaines

atterrissage d'un avionA l’arrivée à Houston, les avions consomment moins de carburant et sont moins bruyants qu’auparavant grâce à un projet mis en œuvre par la FAA* en juin. Au lieu d’effectuer une descente traditionnelle qui consiste à stabiliser l’avion entre différents paliers, les pilotes suivront une trajectoire régulière jusqu’au sol, utilisant les moteurs de l’avion pratiquement au ralenti.

Ce changement, accompagné de modifications qui réduiront l’encombrement du ciel, fait partie de Next Gen, projet de la FAA* évalué à 37 milliards de $, qui vise à moderniser la gestion de l’espace aérien américain d’ici à 2030.

Habituellement, à l’approche d’un aéroport, les avions descendent par paliers d’altitude, augmentant le régime des moteurs entre chaque palier pour stabiliser l’aéronef. Ce procédé permet aux pilotes de mieux contrôler les descentes et aux contrôleurs aériens de suivre la position de tous les avions et de maintenir ainsi un espace entre chaque. Les équipages communiquent avec le personnel au sol entre chaque palier pour s’assurer qu’on les autorise à descendre de quelques milliers de pieds supplémentaires. C’est un moyen sûr mais inefficace de faire atterrir un grand nombre d’avions.

Dorénavant, à l’approche de l’Aéroport Intercontinental George Bush et de l’Aéroport William P. Hobby, les avions effectueront des  »descentes continues ». Au lieu de descendre par paliers, ils effectueront une descente constante sur environ 130 Kms en utilisant leurs moteurs pratiquement au ralenti. Cela revient à descendre un escalier en glissant sur la rampe plutôt que marche par marche. L’utilisation au ralenti des moteurs conduit à moins de gâchis de carburant et moins de bruit pour les résidents autour de l’aéroport. Les contacts avec les contrôleurs au sol sont moins fréquents, entraînant ainsi une réduction des risques de mauvaise communication.

Selon l’Administrateur en Chef de la FAA, cette nouvelle procédure d’atterrissage, ainsi que d’autres changements à Houston, permettront à l’espace aérien le plus complexe du pays de devenir le mieux géré.

 

americainesTableau comparatif entre une descente classique « par paliers » (à gauche) et une descente de «profil optimisé » MSL = Mean sea level (niveau moyen de la mer)

Tableau comparatif entre une descente classique « par paliers » (à gauche) et une descente de «profil optimisé »

MSL = Mean sea level (niveau moyen de la mer)

De nouveaux outils pour de meilleures routes

« Le changement pour les descentes continues peut dorénavant s’opérer grâce à une technologie plus avancée qui a rendu la descente par paliers inutile », dit Jim Davis, représentant national de l’Association Nationale des Contrôleurs du Trafic Aérien qui a participé à l’élaboration du projet.

Les systèmes de gestion de vol, les principaux outils de navigation utilisés dans l’aviation commerciale, sont devenus plus sophistiqués. De nouveaux systèmes Basic RNAV (systèmes de radionavigation) permettent de déterminer au mieux l’angle et le taux de descente si bien que les pilotes ne sont plus obligés de faire eux-mêmes ces calculs délicats. En août 2013 la FAA a commencé à mettre en place à l’échelon national un nouveau système de gestion en temps réel des flux de trafic aérien. Ainsi les contrôleurs aériens peuvent suivre et gérer la circulation des avions à de plus grandes distances, rendant le processus d’arrivée plus efficace.

Les descentes continues ont été testées à Anchorage en 2009, puis mises en place à l’aéroport National Ronald Reagan en août 2012. Des données fournies par la FAA montrent qu’à Reagan la distance moyenne parcourue entre l’altitude de croisière et l’aéroport d’arrivée a été réduite de 51,9 nautiques (96,1 kms) en 2012 à 50,1 nautiques (92,7 kms) en 2013. Sur plus d’une année de vols, cela fait gagner des centaines de milliers de nautiques.

Pour chaque métropole, de nouveaux itinéraires de descente doivent être tout spécialement calculés. Ces grandes zones urbaines ont chacune leur configuration de pistes spécifique et des relations différentes entre les aéroports locaux. Vous ne pouvez donc pas vous contenter de demander aux pilotes d’amorcer la descente de façon progressive. De nouveaux itinéraires doivent être élaborés minutieusement et approuvés par la FAA. A la fin de la mise en place de chaque projet le processus s’améliore. « Nous avons développé une stratégie que nous avons démarrée dans le District de Columbia » dit Davis, et depuis cela n’a cessé de prendre de l’ampleur.

Selon Davis on envisage maintenant d’utiliser les descentes continues dans les zones métropolitaines où un fort pourcentage d’avions possède l’équipement nécessaire. La prochaine sur la liste est le nord du Texas où le travail commencera en septembre. Divers projets sont en cours ou prévus à Atlanta, en Californie du Nord et du Sud, et à Charlotte. D’après la FAA, chacun de ces projets coûtera entre 5 et 9 millions de dollars
.
Le remaniement complet à Houston, évalué à 8 millions de dollars, a aussi créé des itinéraires de départ et de vols plus efficaces par mauvais temps. Il a également permis de créer deux points d’accès supplémentaires à cette zone pour réduire l’encombrement. A eux deux, les aéroports Hobby et Bush gèrent plus de 750 000 décollages et atterrissages par an, ainsi ces changements réduiront les distances parcourues d’environ 650 000 nautiques (1 200 000 kms) par an et permettront d’économiser 3 millions de gallons de carburant (11,4 millions de litres). Aux prix actuels cela peut représenter jusqu’à 8,81 millions de dollars. Dans un secteur où les marges bénéficiaires sont faibles, c’est très important. Les compagnies aériennes en verront rapidement les bénéfices, surtout Southwest qui comptait Houston parmi ses plateformes centrales.

Au fur et à mesure que l’on créera de meilleurs itinéraires dans la région, d’autres compagnies aériennes en récolteront également les avantages. Peut-être même que les passagers finiront par en profiter.

Alex Davies
(Jul. 8, 2014)

*FAA : Federal Aviation Administration
(Agence gouvernementale chargée des réglementations et contrôles concernant l’aviation civile aux Etats-Unis. Dépend du département des Transports des U.S.).

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.