COMMUNIQUÉ DE PRESSE UFCNA

Abandon par le Gouvernement du projet actuel de Terminal 4 à Roissy
Barbara Pompili, Ministre de la Transition Ecologique, vient de l’annoncer ce jeudi 11 février.

L’UFCNA, la fédération nationale qui regroupe des dizaines de milliers de riverains soumis à la pollution sonore et chimique du trafic aérien à proximité des aéroports ne peut que se réjouir de cette annonce qui marque un premier pas, nous l’espérons, vers l’abandon total, définitif, et sans appel de tout projet d’agrandissement et de développement de la capacité de l’aéroport de Roissy.

À ce propos nous saluons l’énergie, la ténacité et le courage des associations qui ont milité depuis plusieurs années pour empêcher ce saccage écologique que représente le terminal 4. Ce sont l’ADVOCNAR, le collectif Non au Terminal 4, France Nature Environnement Ile-de-France et toutes les organisations non gouvernementales comme le RAC, Alternatiba, Greenpeace, les Amis de la Terre, Notre Affaire à Tous ou Rester sur terre.

Mais la bataille n’est pas encore gagnée pour Roissy car cet abandon a d’autres visées, notamment celle de préparer le terrain pour l’hydrogène, puisqu’il ne suffit pas de créer un avion à hydrogène, il faut avoir une vitrine aéroportuaire pour l’accueillir et donc le vendre par la suite.
Et le combat ne fait que que continuer pour les aéroports hors de de l’Ile de France car si les aéroports franciliens accueillent environ la moitié du trafic français l’autre moitié est répartie sur les
plates-formes régionales.
Il faudra donc que la bataille menée par les riverains pour moins de nuisances sonores et moins de pollution soit gagnée aussi à Nantes, à Marseille, à Nice, à Beauvais, Lille, aéroports directement concernés par des projets d’agrandissement, mais aussi à Toulouse, à Bâle-Mulhouse, à Bordeaux, à Lyon et sur les aérodromes de l’aviation légère et pour les hélistations.

Tant que la capacité environnementale de chaque aéroport n’aura pas été définitivement actée et gravée dans le marbre, nous aurons toujours à craindre qu’un ministre ou un autre ne s’intéresse de très près à ce qu’il ou elle appellera le développement économique de la région oubliant les milliers de personnes survolées chaque jour.

Alors oui l’exemple de Roissy et ce qui vient d’être gagné aujourd’hui mérite d’être salué mais doit être accompagné de la plus grande vigilance aussi bien en Île-de-France qu’ailleurs.



Lire le communiqué