le député Olivier Dassault part en guerre contre les avions

27.06.2012 – Le Parisien

Dassault part en guerre contre les avions
Marc Amoudry, le directeur de l’aéroport de Beauvais, n’en revient pas. Olivier Dassault, député réélu, veut limiter le développement de la plate-forme pour tenir ses promesses électorales.

Marc Amoudry et O.Dassault

le directeur de l’aéroport Marc Amoudry et le député Olivier Dassault

 

«Sur le coup, j’ai cru à un canular digne d’un 1er avril. » Marc Amoudry, le président de la Sageb, société qui gère l’aéroport de Beauvais, a failli s’étrangler la semaine passée quand il a découvert les déclarations du député Olivier Dassault à propos de l’avenir de la plate-forme beauvaisienne.

Le petit-fils de l’avionneur souhaiterait rogner quelque peu les ailes de l’aéroport en limitant le nombre d’avions. Brillamment réélu député (UMP) de la 1re circonscription, Olivier Dassault n’est pas devenu soudainement un militant anti-aéroport, mais la qualité de vie des riverains fait partie de son programme électoral.

Le 7 juin, quatre jours avant le 1er tour des élections législatives, il a en effet adressé un étonnant courrier à Jean-Baptiste Cervera, ex-président de l’Adera (Association de défense de l’environnement des riverains de l’aéroport), figure emblématique des anti-aéroport et également candidat aux législatives dans la circonscription. Olivier Dassault s’y positionne lui aussi comme un défenseur de l’environnement et explique : « J’ai toujours soutenu le développement de l’activité aéroportuaire de Beauvais, tout en recommandant un équilibre entre la performance économique et le bien-être des riverains. Vous pouvez être certain de mon engagement. Bien que je ne promette pas ce dont je ne suis pas sûr à 100%, j’attends avec impatience une officialisation, voire la signature d’un arrêté ministériel limitant à 30000 mouvements annuels. »

Cela reviendrait à contrecarrer la stratégie de développement de cette structure reconnue comme un levier économique du département. D’autant que ce plafonnement se profile à l’horizon. On compte déjà 26000 mouvements par an, plus de 50 destinations et un trafic passagers (3,7 millions de voyageurs) en continuelle progression. Va-t-on assister à un nouveau bras de fer entre Olivier Dassault, député UMP, et le socialiste Yves Rome, président du conseil général et aujourd’hui propriétaire de l’aéroport? Mystère.

Pour chasser tout malentendu, Marc Amoudry a donc adressé vendredi un courrier au député : « Je vous serais reconnaissant de m’éclairer ainsi que les 1000 salariés travaillant sur notre plate-forme, directement menacés par un éventuel plafonnement des mouvements, sur votre position officielle sur ce point. » Et le temps presse puisque c’est le 10 juillet que la commission consultative de l’environnement doit se réunir. Lors de cette réunion, les maires des communes concernées par le développement de l’aéroport devront se prononcer sur le nouveau plan d’exposition au bruit (PEB) et sur le plafonnement du nombre annuel de mouvements.

Frédéric HENNEBERT


Le commentaire de l’ADVOCNAR:

Puisse cet engagement inspirer nos élus pour un plafonnement de Roissy CDG !!!

Cette entrée a été publiée dans Actualités. Taggée le lien en favori.