Pic de pollution : le trafic aérien toujours pas mis à contribution !

L’Ile-de-France subit son plus long pic de pollution depuis 10 ans. Les cartes d’Airparif montrent un dépassement des concentrations de particules mettant en lumière l’inertie des pouvoirs publics.

On parle essentiellement du trafic routier ou du chauffage des résidences, et la pollution des avions semble ignorée ! Pourtant la similitude du kérosène avec le gazole en fait un acteur d’autant plus dangereux que notre région, 10 fois plus peuplée que les autres régions, concentre la moitié du trafic aérien national, obligeant de nombreuses personnes non franciliennes, pour bénéficier des destinations offertes sur les aéroports parisiens, à venir participer contre leur gré à l’accumulation de la pollution.

Fin 2013, la pollution de l’air extérieur a été classée parmi les « cancérogènes certains » par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), une agence de l’Organisation Mondiale de la Santé. Des mesures supplémentaires de prévention sanitaire ont logiquement été annoncées par les autorités françaises, d’une part dans le cadre du « Plan Cancer » prévoyant des mesures de « prévention renforcée » pour les populations, d’autre part dans le « Plan National Santé Environnement 3 » se donnant pour objectif d’améliorer la prévention du cancer par des « actions de réduction des expositions » aux polluants.

L’ADVOCNAR y voit une contradiction flagrante entre les paroles et les actes et renouvelle sa demande aux pouvoirs publics : la réduction du trafic aérien en cas de pic de pollution, qui est prévue par l’article 181 de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010, mais n’a jamais été appliquée.

Des mesures de fond doivent également s’appliquer :

  • Plafonnement du trafic aérien en Île-de-France
  • Trajectoires épargnant les zones densément peuplées
  • Incitations efficaces conduisant au renouvellement accéléré des flottes

Pour crédibiliser l’action politique, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités face aux lobbies aériens et tenir leurs engagements.